Bienvenue à l’école Maria Montessori d’Albi

« N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde aura changé lorsqu’ils seront grands. Aussi doit-on en priorité aider l’enfant à cultiver ses facultés de création et d’adaptation »

Maria Montessori


Qui sommes nous ?

Bienvenue à l’école Maria Montessori d’Albi !

« Montessori » : le mot à la mode ! Vendu en librairie, dans les rayons de jouets ou les magasins de puériculture, le mot fait sensation dans les magazines pour jeunes parents ou les émissions dédiées à l’enfant et/ou l’école, sur les ondes radio, dans les crèches et les écoles : Montessori le produit miracle ! D’ailleurs tout le monde fait du Montessori aujourd’hui à entendre les médias et les professionnels de l’enfance. La faute aux
neurosciences qui prouvent scientifiquement aujourd’hui ce qu’elle avait intuitivement déduit de ses observations scientifiques voilà presque un siècle et demi. De par le monde, quelle que soit la langue ou la culture, sa pédagogie a fait ses preuves mais il a fallu attendre la validation des neuroscientifiques pour faire la UNE des journaux !
Nous ne souhaitons pas débattre du pourquoi ici mais juste vous informer qu’il faut être méfiant car lorsque l’on est novice c’est parfois très compliqué de trier les informations diverses et contradictoires.
Maria Montessori n’a jamais voulu déposer son nom pour en faire une marque ou un produit. Elle voulait que sa philosophie soit accessible à tous pour tous. De ce fait, Montessori est apposé sur des livres, des jeux, des cahiers d’activités, des écoles, de la formation pour adultes, des ateliers, du matériel qui n’en est pas, … en un mot des « produits », à l’exact opposé de son souhait initial.

Vous trouverez dans notre site des informations sur notre vision de cette pédagogie et nos choix en tant qu’école.

Dans la foire aux questions nous vous conseillons des sites fiables.

Restons positif et regardons les effets bénéfiques de cette liberté dans l’utilisation du nom de Maria Montessori : nous sommes là ! Le réseau des vrais montessoriens, les éducateurs qui dans l’ombre, loin des projecteurs et du marketing oeuvrent chaque jour au souhait le plus cher du Docteur Montessori : la Paix.
Car si Maria Montessori s’intéresse à l’Enfant c’est parce qu’il est pour elle l’avenir de l’Humanité. Un monde en paix passera par une éducation qui remettra le potentiel et les compétences des enfants au centre des préoccupations des adultes qui ont la responsabilité d’en prendre soin avec amour.
Parce que tout est là : l’Amour. Si l’école Maria Montessori d’Albi existe c’est grâce à l’enchevêtrement de plusieurs « histoires d’amour ».
Laissez moi vous conter cette histoire qui commence en 2006 au coeur de l’Occitanie, dans le Tarn à Albi.
C’est l’histoire d’amour d’une mère pour son fils. Quand la colère de sentir une flamme s’éteindre vous pousse à entretenir le feu à l’intérieur de celui qui compte le plus pour vous. Dans ces cas là, on est prêt à déplacer des montagnes, faire des kilomètres pour se former, consacrer du temps et de l’énergie chaque jour pour raviver la petite étincelle qui est encore là, tapie à l’intérieur de cet être cher.
Petit à petit, la nouvelle se répand et d’autres parents, avec le même amour pour leurs enfants viennent chercher de l’aide et de l’espoir auprès de celle qui « rallume le feu ».
Et puis un autre trésor grandit avec la force de cet amour, mais bien qu’épanoui, ce nouvel enfant manque de compagnie. Alors pris dans son élan d’énergie positive, ce qui était au départ une histoire personnelle dans l’intimité d’une famille, devient une histoire institutionnelle. Une école Montessori maternelle et primaire est née en 2012 de l’amour de cette mère pour ses enfants, et pour tous les enfants qui ont besoin d’amour pour continuer de nourrir ce feu de joie intérieur. Comme Maria Montessori a
pu compter sur l’aide précieuse de la fille du concierge, elle encourage sa baby-sitter à se former et la rejoindre pour accompagner ses premiers élèves.
Durant la première année de cette nouvelle aventure, au printemps, une famille va pousser la petite porte de cette école, le coeur plein d’espoir de revoir jaillir à leur tour la flamme qui brillait dans les yeux de leur fils. Quelle ne fut pas leur surprise quand en une étincelle, un simple « au revoir » va remettre de la lumière dans leur vie.
Tellement heureuse, sa maman regagne espoir. Elle, qui se bat depuis plusieurs années pour empêcher cette flamme de s’éteindre dès les premiers mois de la vie, peut désormais mettre un mot sur une intuition qui la tenaille : Montessori.
De nombreux parents d’enfants âgés de 18 mois à 2 ans cherchent à inscrire leurs enfants à l’école pour que les bienfaits de sa philosophie leur profitent le plus tôt possible. Malheureusement l’école maternelle n’est pas encore adaptée à les recevoir.
Poussée par cette demande grandissante, l’école quitte sa petite maison aux volets bleus pour emménager dans des locaux plus grands et plus fonctionnels. Un projet de financement participatif collecte alors 3 175€ sur un objectif de 2000€ au départ pour ce grand changement !
En parallèle, comme celle qui s’était battue avant elle pour l’amour des enfants, elle se retrousse les manches : avec tout le soutien de celle qui deviendra son amie, et l’amour de sa famille, elle crée, en 2015, une micro-crèche Montessori pour accompagner les enfants dès leur plus tendre enfance. Une ancienne collègue et amie rejoint l’équipe : elle aussi cherche un sens à ce travail qui la passionne mais qui ne ressemble plus en rien à
ce pourquoi elle l’a choisi. A son ouverture, nous devenons alors la première et la seule école en France à avoir dans ses locaux une crèche !
Et c’est le cercle vertueux de l’amour qui se met en place. L’équipe se construit au fil des années, chacun venant chercher dans la pédagogie la force de son universalité pour être aujourd’hui une équipe forte et solidaire : une famille montessorienne.
C’est dans cette ambiance chaleureuse qu’évoluent nos élèves à ce jour. Nous avons quotidiennement à souhait d’entretenir les richesses de chacun d’eux en les encourageant avec amour à donner le meilleur d’eux même, à fournir les efforts suffisants et le travail nécessaire pour montrer à la lumière du monde le trésor qui sommeil en eux à force d’effort et de travail.
Les parents qui s’adressent à nous aujourd’hui nous choisissent pour notre expérience, notre rigueur, notre sérieux, nos valeurs éducatives de respect et d’amour ainsi que pour notre choix pédagogique : faire confiance à la philosophie de Maria Montessori et sa vision de l’Enfant pour accompagner celles et ceux qui vous sont le plus cher.
Alors si notre histoire, nos valeurs correspondent à vos attentes pour vos enfants, nous sommes heureuses de vous accueillir sur ce site internet pour découvrir notre établissement.

  • Créatrice de l’école maternelle et primaire Maria Montessori d’Albi
  • Directrice Administrative de l’établissement accueillant les 18 mois – 12 ans
  • Educatrice Montessori 3-12 ans

Pascale PATALANO

  • Créatrice de la micro-crèche « Le Nido Montessori »
  • Directrice Administrative Adjointe de l’établissement accueillant les 18 mois-12 ans
  • Educatrice Montessori 0-6 ans

Julie ISIDORE-HERVE

Nos valeurs

Nos valeurs pédagogiques

L’école a choisi, librement et en toute conscience, d’appliquer les principes pédagogiques du Dr Maria Montessori, dont la qualité, l’inventivité, la logique et la pertinence d’adéquation aux besoins d’apprentissage du petit humain ne sont plus à démontrer.

Pour convenir aux exigences légales de l’Education Nationale en France, des supports écrits sont ajoutés à partir de la dernière année de la classe 3-6 ans, considérée comme notre classe de niveau « CP ». Ces supports, qui se font de plus en plus nombreux ensuite en classe 6-12 ans, sont essentiels pour attester de la réalité et de la qualité de notre enseignement lors des divers contrôles de l’Inspection Académique. Ils servent aussi à prouver que l’école connaît et respecte le socle commun d’acquisitions des connaissances imposé par décret.

L’école reste, jusqu’à nouvel ordre légal, libre d’organiser l’acquisition des compétences selon le programme Montessori, en accompagnant chaque enfant selon ses capacités, sa personnalité et sa progression. Les éducateurs utilisent un registre de suivi pour témoigner des leçons données à chaque enfant et écrivent deux bilans par an à l’attention des parents. L’école utilise l’enregistrement de la progression académique de l’enfant en lieu et place de système de contrôle et de notations.

Le temps de l’enfant n’est pas celui de l’adulte

Nous veillons à garantir à l’enfant un espace/temps adapté à son âge et à ses capacités pour qu’il puisse découper chaque travail en début, milieu, fin.

Nous lui garantissons le matin un temps entre 8h20 (fin de l’accueil) et 8h30 (début de la classe) pour pour arriver, se déchausser, se déshabiller, retrouver son environnement ou ses camarades. Les retardataires, à 8h30, ne peuvent pas bénéficier de ce temps.

Il en va de même le soir entre la fin de la classe 16h15 et les retrouvailles avec la famille à 16h45. Il faut à l’enfant le temps de ranger et nettoyer son espace de vie, s’habiller, se chausser, avant de sortir de classe. De plus, un temps avec ses camarades, dans le jardin le plus possible, lui permet de clore sa journée, avant de retrouver sa famille.

Le temps de classe

Il correspond à la nécessité d’un cycle de trois heures préconisés par le Dr Maria Montessori, pour que l’enfant ait le temps de commencer une phase de travail, impliquant concentration et la répétition, puis de la terminer par le rangement de son travail.

Le temps de travail et de concentration est différent selon les âges : de quelques minutes pour les plus jeunes, il peut aller jusqu’à presque une heure pour les plus grands.

Le temps de grandir et de découvrir

Plus l’enfant a le temps d’apprendre à apprivoiser ses besoins et ses émotions, plus il a le temps de se familiariser avec l’ambiance pour découvrir ses compétences et ses limites et plus il découvrira la confiance et l’estime de soi. Ce travail commence dès 18 mois et doit être en place à 4 ans. Pour le respect du groupe, du programme dès 3 ans et des besoins de chaque enfant, un cycle de 3 à 4 ans est essentiel pour tous les groupes (2 ans pour les tout-petits). Nous l’appelons « cycle complet » et le reconnaissons comme une des règles d’or de l’éducation Montessori.

Durant toute la durée d’un cycle complet :

  • un enfant reçoit l’assistance et le soutien des autres enfants durant la première année,
  • donne et reçoit assistance et soutien durant la deuxième année,
  • finit par prendre le rôle de modèle et de leader du groupe d’enfants autogéré la dernière année.

Le temps de travailler

« Il faut que je me défende contre ceux qui prétendent que ma méthode est une méthode à base de jeu».

Maria Montessori

la définition du « Travail » dans « l’Enfant » de Maria Montessori

Travail signifie ici toute activité qui engage la personnalité entière de l’enfant, toute activité qui a comme but inconscient la construction de la personnalité. C’est une forme d’expression personnelle qui apporte à l’enfant une joie spéciale dans son accomplissement. Mais c’est du travail et non du jeu (Celui-ci ne satisfait qu’une partie de notre nature ). En travaillant, l’enfant apprend et se construit . Il répète la tâche, l’effectue lentement, se perfectionne contrairement à l’adulte qui lui, le fait au plus « vite fini » . L’adulte, lui, travaille pour une raison externe, pour mener quelque chose à bien . L’enfant travaille inconsciemment, le fait car il en a envie, volontairement et joyeusement. Il travaille donc pour lui même en se servant de son environnement, et est en progression constante ! Il est donc nécessaire de l’accompagner et de ne pas hésiter à lui proposer, par exemple des activités de vie pratique. Essayez de lui laisser le temps, de faire et de répéter.

L’enfant « est au travail » dès sa naissance et cela se respecte, c’est pourquoi notre organisation collective est pensé pour autour de cette notion, et que les règles de notre ambiance sont là pour protéger l’enfant au travail.

Le matériel mis à disposition de l’enfant n’a pas été élaboré au hasard pour occuper les mains des enfants ; il est scientifiquement conçu pour lui permettre de progresser dans ses facultés et ses acquisitions.

Nos valeurs éducatives

L’éducation positive

C’est l’ensemble des actions menées dans le but de l’accession à l’autonomie de l’enfant, sans utilisation de mesures coercitives et punitives ni utilisation de « récompenses » et de chantage (félicitations, cadeaux …).

Elle veille à offrir à l’enfant une communication et une compréhension bienveillantes, qui l’encouragent, le sécurisent et le soutiennent dans ses efforts, tout en lui fournissant ce dont il a besoin, mentalement et physiquement, pour grandir en bonne santé et dans la pleine exploitation de ses réelles capacités.

Elle ne doit pas être confondue, néanmoins avec l’absence d’éducation ou l’adultification délétère de l’enfant.

L’exercice étant délicat et souvent complexe, l’école propose un accompagnement à la parentalité, sur demande et au besoin.

En cas de pratique d’une éducation ne respectant pas les besoins de l’enfant, l’empêchant de bénéficier de la pédagogie Montessori, l’école pourra renoncer à assurer son accueil. En cas de violences avérées (physiques ou morales), elle sera en devoir de saisir les autorités compétentes pour la protection de l’enfance (PMI et Procureur de la République).

Une alimentation de qualité

Nous sommes partisans de l’adage « un esprit sain dans un corps sain ». Pour le bon développement physique et psychique de l’enfant nous préconisons une alimentation variée, limitant le sucre, les produits industriels et les pesticides. Nous préconisons également une alimentation de qualité qui respecte le monde animal, végétal, ainsi que l’humain.

Dans toutes les classes, dès la communauté enfantine, les enfants ont en accès libre un espace snack avec uniquement des fruits et des fruits secs. Ils sont tous issus de l’agriculture biologique, et locaux lorsque cela est possible. Ces collations riches en fibres, en vitamines et en calories pleines, permettent à chacun de reprendre de l’énergie si nécessaire en cours de matinée et d’après-midi.

La cantine a été choisie en fonction des offres actuelles qui ne sont pas satisfaisantes pour nous. Néanmoins nous avons essayé d’être le plus proche possible de nos valeurs, avec un effort pour le bio, le local et les labels de qualité.

Les bonbons et les friandises sont interdits dans l’établissement.

Pour les anniversaires, les gâteaux maisons sont préparés sur place par les élèves pour leurs camarades.

Un sommeil réparateur

C’est un besoin naturel qui revient de manière cyclique et qui nécessite une grande attention. L’enfant doit avoir eu une nuit complète de sommeil pour passer une bonne journée. Le parent doit y veiller à chaque âge. La meilleure façon pour avoir un bon sommeil, c’est d’être couché suffisamment tôt pour avoir un réveil spontané à l’heure de se lever. L’enfant a besoin de l’adulte pour l’aider à identifier ce qu’il ressent et à se coucher « au bon moment »

Il est de la responsabilité du parent de limiter les couchers tardifs, pour évènements festifs et/ou familiaux par exemple. Il est aussi de la responsabilité des familles d’adapter leur emploi du temps les week-end et durant les vacances, pour faire coïncider les activités familiales avec les périodes « d’éveil » de leur enfants. Tous les jours, un temps de repos (différent du sommeil mais aussi important) devrait être aménagé pour tous les enfants, même les plus grands.

La place des écrans (TV, ordinateur, smartphone, tablette même éducative, cinéma, etc.)

Nous nous positionnons formellement contre avant 3 ans ; préconisons seulement 30 minutes par semaine avant 5 ans et pas plus de deux heures par semaine entre 6 et 9 ans. Après 9 ans et jusqu’à acquisition d’un comportement responsable, les programmes devront encore être contrôlés pour s’adapter à l’âge de l’enfant ; ils auront pour buts de contribuer, entre autres médias, à l’acquisition et au développement de la culture.

Il est à noter qu’entre 0 et 6 ans, quel que soit le support utilisé, l’enfant a besoin d’images et d’histoires réalistes car son inconscient absorbe tout ce qu’il voit comme une réalité. Ainsi, à partir de 3 ans, s’il doit y avoir des écrans, il convient de privilégier les documentaires, les reportages et les dessins animés réalistes et court (environ 15-20 min).

Les jeux vidéo ne devraient intervenir que vers 8/9 ans, très progressivement, sur des programmes non violents. Il est cependant tout à fait possible de grandir sans jeux vidéo avant 12 ans.

Les neurosciences confirment les nombreux dommages physiques et psychiques au niveau du cerveau, d’une exposition précoce, forte et/ou prolongée aux écrans.

Il est aussi utile de noter que la manipulation excessive d’écrans tactiles «rigidifie» la main, et notamment l’index, et rend problématique l’accès à la calligraphie.

Les dommages résident autant dans le contenu auquel va être exposé l’enfant (inadéquation avec l’âge) que dans les dommages physiques subis par son cerveau : lumière trop vive qui surexcite les neurones et défavorise le sommeil, utilisation de systèmes de récompense qui déclenche la production d’adrénaline et noradrénaline dans le cerveau (hormones de l’excitation) etc…

Les compétences exécutives

Proposer des écrans à un enfant pose aussi une autre problématique importante : l’absence d’autres activités proposées à l’enfant. Quand on passe beaucoup de temps devant un écran, on perd du temps de jeu, d’activités physiques, de discussions, de partage avec d’autres humains, de temps d’ennui aussi.

Dans un monde qui va très vite, qui bouge très vite, où l’image est omniprésente et la sur-stimulation importante, il est important que l’enfant puisse bénéficier de plages « de repos », dans la nature par exemple, de plages durant lesquelles il pourra faire du sport, bouger, marcher, grimper, nager…. ; des plages durant lesquelles il pourra observer le monde de ses propres yeux, jouer véritablement, partager des moments de discussions et d’échanges, cuisiner en famille et participer aux tâches de la maison ; des plages où il pourra s’octroyer des moments de détente complètement libres et tranquilles, c’est à dire sans l’organisation des adultes, des moments calmes et sans stress, des moments d’ennui pendant lesquels il pourra faire preuve de créativité. Ce sont aussi les moments où il peut lire, écrire, dessiner, peindre…

C’est ainsi que se développent les compétences exécutives indispensables à un apprentissage académique de qualité. Bien plus que le QI, les neurosciences prouvent que ce sont les enfants avec les meilleures compétences exécutives qui réussiront le mieux dans leur vie d’adulte tant dans le domaine professionnel, que social et familiale.

N. B. : le travail non initié à la maison ne pourra pas s’acquérir à l’école. Les compétences exécutives : la mémoire de travail (qui représente la capacité à garder une information en mémoire sur un temps court, le contrôle inhibiteur (qui représente la capacité à se contrôler, à se concentrer et à inhiber les distractions), la flexibilité cognitive (qui représente la capacité à détecter ses erreurs, à les corriger et à se montrer créatif) se construisent dès la naissance, s’acquièrent à la maison.

La non-acquisition des compétences exécutives constitue LA raison principale d’échec scolaire et plus particulièrement dans une école Montessori où la liberté laissée à l’enfant présuppose et repose sur ces compétences-là.

L’enfant qui n’en dispose pas ne pourra bénéficier pleinement de l’ambiance pédagogique d’une classe Montessori.

La Liberté

La pédagogie Montessori est, toute entière, tournée vers l’acquisition de l’Autonomie, autonomie sans laquelle l’indépendance ne peut se construire.

L’éducation est « l’action de développer un ensemble de connaissances et de valeurs morales, physiques, intellectuelles, scientifiques, considérées comme essentielles pour atteindre l’autonomie et le niveau de culture souhaitée pour acquérir l’indépendance physique et psychique. »

L’acquisition de l’autonomie nécessite un long travail de l’enfant qui doit acquérir les compétences exécutives nécessaires mais aussi un long travail d’accompagnement de tous les acteurs éducatifs qui entourent l’enfant durant de nombreuses années (de 0 à 24 ans pour Maria Montessori).

« Laisser l’enfant faire uniquement ce qu’il veut alors qu’il n’a encore développé aucune capacité de contrôle, c’est trahir la liberté »

Maria Montessori

En pédagogie Montessori, la Liberté est offerte grâce à la liberté de mouvement (bouger, marcher, se lever, s’habiller, se chausser…), la liberté de répondre à ses besoins (boire, manger, aller aux toilettes, se reposer…), la liberté de choix du travail (s’organiser pour réaliser l’ensemble de son travail dans les matières obligatoires durant le temps de travail autonome).

L’école accompagne les parents dans leur « travail » éducatif, les aide à reconnaître les besoins et les capacités de leur enfant au fur et à mesure qu’il grandit, sans pour autant s’y substituer, les parents étant les premiers éducateurs.

Il est à noter que TOUT ce que voit et vit l’enfant influence son inconscient et va programmer son comportement (les histoires et les dessins animés aussi…).

L’indépendance physique et psychique peut se résumer, dans nos sociétés, par le mot « Liberté ».

« Il faut faire pour les générations futures des hommes puissants, c’est à dire indépendants et libres. »

Maria Montessori

L’Egalité

En droit français, l’égalité est « l’absence de toute discrimination entre les êtres humains, sur le plan de leurs droits : égalité politique, civile, sociale ».

« Une société à la recherche de la Paix ne soumet pas l’individu, mais le libère, ne l’abaisse pas, mais l’élève »

Maria Montessori

Dans notre école, et plus largement en pédagogie Montessori, l’égalité est le droit donné à chacun, quelles que soient ses origines ethniques, sociales, religieuses, mais aussi quelles que soient ses capacités intellectuelles, de disposer d’une éducation qui lui donnera les clés de l’autonomie et de l’indépendance. Ainsi, le suivi pédagogique d’un enfant sera toujours individualisé et s’adaptera à ses capacités intellectuelles et cognitives, mais aussi à sa progression et à sa capacité à évoluer.

La Fraternité

La pédagogie Montessori est une approche du développement humain destinée à répondre pleinement aux besoins de chaque enfant. L’objectif affiché de Maria Montessori était la Paix. Longtemps correspondante de Gandhi, exilée d’Italie suite à son refus de collaborer avec Mussolini, elle n’a eu de cesse d’œuvrer au développement d’une pédagogie qui permettrait le respect de tous les êtres vivants.

Son ultime but se résume par cette phrase :

« Placer tous les enfants au centre de la société et les aider à devenir les éléments conducteurs de la transformation de notre monde en une humanité pacifique et harmonieuse »

Maria Montessori

Les enfants sont dûment encouragés par leurs éducateurs à accepter et accueillir les différences, quelles qu’elles soient. Les comportements contraires à cette acceptation sont systématiquement repris et travaillés. Aucune violence (actes, paroles, comportements…) n’est acceptée, ni des enfants, ni des adultes. Les enfants sont aussi sensibilisés à la lutte contre toutes les discriminations et le harcèlement.

Albi et ses Alentours

Albi est une commune du Sud-Ouest de la France, dans le département du Tarn en région Occitanie.

Avec ses habitants appelés les Albigeois, Albi, se positionnait comme la troisième commune de l’ex-région Midi-Pyrénées, après Toulouse et Montauban en termes de population.

Vidéo © Ville d’Albi.

Le saviez vous?

La Cité épiscopale d’Albi est entrée en 2010 sur deux registres différents de l’UNESCO  soit Patrimoine mondial pour la Cité épiscopal et Mémoire du monde pour la Mappa Mundi.

Vidéo © Ville d’Albi.

Un couple de faucons pèlerins niche depuis quelques années dans le clocher de la cathédrale Sainte-Cécile. C’est la plus grande cathédrale de brique au monde et la plus grande cathédrale peinte au monde.

Toulouse Lautrec est né à Albi. Un musée lui est dédié.

Vous pouvez visiter Albi en optant pour une promenade en gabarre (bateau à fond plat).

Mais Albi c’est aussi le jardins du Palais de la Berbie, les berges du tarn ou la nature est préservée, le marché, les briques et les maisons en colombage.

Ses environs sont également riches avec des cités médiévales et vigneronnes d’A.O.C. Gaillac mais aussi le musée de la Mine à Carmaux…